NOS MATÉRIAUX

Soie

Considérée comme le tissu le plus précieux de la planète, la soie n’a pas besoin d’être présentée. Sa beauté et ses qualités extraordinaires l’ont rendue synonyme de splendeur et de royauté pendant des siècles. En son nom, des guerres ont été menées, des empires conquis et des fortunes accumulées, une histoire tumultueuse et fascinante, étroitement liée aux événements humains depuis l’aube de la civilisation moderne. Les caractéristiques naturelles de la soie confèrent à ce tissu très élégant une « touche » incroyablement douce mais élastique. Matière de prédilection pour les vêtements les plus précieux, Malo en exalte les qualités en la mélangeant avec sagesse à d’autres fibres naturelles pour obtenir des mélanges aux caractéristiques exceptionnelles.

Les origines de la soie se perdent dans la légende, il y a des milliers d’années, en Extrême-Orient, dans les frontières de l’ancien empire chinois. La tradition veut qu’un jour, l’épouse de l’empereur Jaune Huangdi, qui vivait alors vers 3 000 av. J.-C., se promenant dans les jardins impériaux, ait remarqué des fils scintillants parmi les feuilles de mûrier. Il existe plusieurs versions de la façon dont la soie a commencé à être filée par les petits vers, mais la plus fascinante raconte qu’un petit cocon est tombé accidentellement dans une tasse de thé chaude. Xi Ling-Shi, le nom de la femme de l’empereur, l’a regardé se défaire en un très long fil de soie. Pendant des millénaires, l’art de la sériciculture est resté une prérogative exclusive de la Chine, le secret le plus cachée de l’histoire. Au nom de la soie, des routes commerciales complexes ont été ouvertes de la Chine à l’Afrique, puis à l’Europe. Mais la Chine n’était pas destinée à maintenir son monopole ; la sériciculture a atteint la Corée vers 200 av. J.-C., puis l’Occident, par des voies transversales, des vols et des subterfuges. Lorsqu’elle a été découverte pour la première fois, la soie était réservée exclusivement à l’usage de l’empereur, à lui uniquement accordée, à ses proches parents et aux plus hauts dignitaires. C’est vers 550 après J.-C. que deux moines nestoriens se sont présentés à la cour de l’empereur byzantin Justinien avec des œufs de vers à soie cachés dans des bâtons creux en bambou. Byzance s’est donc lancée dans le commerce de la soie, des ateliers impériaux ont été créés et l’art mystérieuse de la culture des vers est redevenue un secret d’État. La soie chinoise a toujours conservé la primauté absolue en matière de beauté et de qualité. Son lustre légendaire a conquis le monde et, dès 1200, elle était produite non seulement en Chine, mais aussi en Inde, au Moyen-Orient et en Europe.


Caractéristiques

La production de soie est un processus très long et laborieux qui nécessite une attention constante, presque obsessionnelle. L’alimentation des vers, la température de l’air, la lumière et l’humidité sont tous des facteurs déterminants pour obtenir un excellent produit à tous égards. La soie brute est une fibre de filament protéique, longue de plusieurs centaines de mètres, extrudée par le ver à soie lorsqu’il tisse le cocon autour de lui. Grâce à la section triangulaire des filaments, la lumière est réfléchie sous différents angles, produisant ainsi une brillance extraordinaire qui varie en fonction de sa texture. Fraîche en été et chaude en hiver, fluide sur le corps, la pure soie s’adapte bien à différents types de vêtements, confortable et luxueuse plus que tout autre tissu au monde, elle conserve sa beauté au fil du temps grâce à ses fibres résistantes.

Lavage et entretien

La soie pure est un tissu naturel, pour cette raison, si elle est soigneusement lavée, elle conservera toutes ses précieuses caractéristiques au fil du temps. Un lavage à la main doux permet de s’assurer que les tissus n’entrent pas en contact avec des produits chimiques qui pourraient les endommager. Il est recommandé de faire tremper le vêtement dans de l’eau froide, d’utiliser uniquement des détergents spécifiques doux, sans oublier que la soie est composée d’une protéine très similaire à celle des cheveux humains et qu’elle nécessite donc une attention particulière. Il n’est pas nécessaire de la laisser longtemps dans l’eau, la soie libère rapidement les impuretés.

Ne pas essorer, pour éliminer l’excès d’eau, placer le vêtement humide sur une serviette en coton blanc, puis en rouler les extrémités pour que la serviette absorbe l’excès. Enfin, suspendez le vêtement sur un cintre rembourré. Le processus de séchage, loin des sources directes de chaleur et des rayons du soleil, ne devrait pas prendre plus d’une heure.